-   S P I T I  -
L'accès au Spiti peut se faire depuis Shimla et Rekong Peo au sud avec un permis, ou bien depuis Manali et Keylong sans permis en remontant la Chandra Valley et en franchissant le Kumzum La (ouvert de juin à septembre). Des bus direct desservent Kaza, la capitale du Spiti, depuis Shimla et Rekong Peo ainsi que depuis Manali en franchissant le Rohtang Pass (3978 m.)et le Kumzum La (4551 m.).
Depuis Keylong, il faut prendre le bus de Manali à 6h30 jusqu'à Gramphu, quelques km au-dessus de Koksar dans la montée du Rohtang pass, et là, attendre environ une heure entre 8h et 9h, le bus venant de Manali pour finir de remonter la Chandra Valley et passer le Kumzum La. Les photos présentées ci-dessous suivent cet itinéraire.
* * *
Le Spiti est une vallée à l'écart de la route Manali-Leh. Il fait partie du district de "Lahaul & Spiti" dans l'état d'Himachal Pradesh. Entre Manali et Leh, on traverse le Lahaul mais pas le Spiti. Il faut avoir décidé d'y aller. Le Spiti mérite un détour d'une semaine en ne visitant que les sites les plus spectaculaires, et de plus de 15 jours pour effectuer les treks de Kibber à Dankhar et de la Pin Valley.
On retrouve au Spiti le même décor de désert d'altitude qu'au Ladakh. Les champs autour des villages donnent la seule verdure du paysage. L'hiver dans cette vallée est beacoup plus froid qu'au Ladakh ou au Z anskar.
* * *
(cliquer sur une photo pour l'agrandir et sur la croix dans le rectangle rouge pour la fermer)
* * *

C H A N D R A   V A L L E Y

xxx
Photo du 25/09/2006
Quand il n'existait qu'un beau pont suspendu.
xxx
Photo du 09/09/2017

 
xxx
photo du 09/07/2017
L'ancien et le nouveau pont (à gauche), plus large et plus fréquenté.
L'élargissement de la route du Rohtang a détruit les trois tea-shops qui regardaient passer les voitures à l'intersection vers le Spiti, à une dizaine de km au-dessus de Koksar et de son check-post.
La route (en très mauvais état en 2017) suit la rive gauche de la Chandra river issue du très beau lac de Chandra Tal (lac de la lune). A Chatru, à mi-chemin entre Gramphu et Batal (au pied du Kumzum La), la route passe en rive droite sur un double pont : un vieux suspendu et un récent posé. Plusieurs grandes tea-shops permettent de se restaurer après avoir franchi le pont.

* * *
KUMZUM LA : 4551 m.
Après un chaï à Batal, commence une longue montée en lacets jusqu'au col d'où l'on a une vue splendide sur les sommets enneigés.
Les nombreux drapeaux à prières qui ornent les grands chortens ajoutent une note gaie et colorée à ce grandiose panorama.
On peut voir aussi tous les véhicules faire le tour de ces chortens - dans le sens rituel bouddhique - avant de poursuivre leur route.
Ce col est sur la ligne de partage entre le Lahaul et le Spiti.
Photos du 25/09/2006
xxx
xxx
xxx

Photos du 05/09/2017
xxx
xxx
xxx

* * *
K A Z A (3650 m.)

Kaza est la ville principale de la vallée. On y trouve les services administratifs, un hôpital, des hôtels, des restaurants, des bus, des taxis ainsi qu'un grand temple boudhiste de la branche Sakya.
La Branche Sakya du bouddhisme est très peu représentée en Inde, et les temples y sont rares. On en trouve un à Bylakuppe (Karnataka) dans le sud où vit la plus grande communauté de réfugiés tibétains. Un autre temple, le Sakya Center, à Dehradun (Uttarakhand) ainsi qu'une grande nonnerie Sakya près de Dehradun, et pour finir : le Sakya Tangyud de Kaza et le temple de Matho au Ladakh.
Photos du 05/09/2017
xxx
vue d'ensemble de la ville
 
xxx
Le temple Sakya Tangyud
 
xxx
Le temple Sakya, un temple hindou (rouge) et des ruines bouddhistes.

* * *
K Y I   (4116 m.)
Photos du 25/09/2006
xxx
Kyi est petit hameau discret doté d'un monastère bouddhiste Gelugpa spectaculaire que l'oeil ne peut éviter.
xxx

* * *
K I B B E R   (4205 m.)
A 10 km au-dessus de Kyi, Kibber est le plus haut village du Spiti, certains disent même du monde ! Le monastère au-dessus du village abrite de nombreuses vieilles thankas. C'est d'ici que part le trek vers le Tsomo Riri Tso en franchissant le Parang La (entre 5500 m. et 5650 m. suivant les auteurs)
C'est aussi le départ d'un trek plus facile qui se termine dans le magnifique village de Dankhar.
Photos du 25/09/2006
xxx
xxx

* * *
D A N K H A R   (3831 m.)
C'est, à mon avis, le village le plus spectaculaire du Spiti.
Situé dans un cirque de roches rougeâtres s'étendant du portique d'entrée jusqu'aux barres rocheuses abritant le monastère, on voit tout d'abord le nouveau gonpa et les nouvelles habitations dispersées sur les pentes tandis que les vieilles maisons du vieux village sont cachées derrière des barres rocheuses entre le gonpa et les ruines de la forteresse sur le piton le plus haut.
Il faut y arriver le matin quand le vieux gonpa et la forteresse sont éclairés par le soleil levant.
Photos du 05/09/2017
xxx
Portique d'entrée à Dankhar

xxx
A gauche le gonpa et tout en haut les restes de la forteresse.
xxx
Ici à gauche la forteresse perchée, et à droite des concrétions rocheuses.
xxx
Gros plan sur ces concrétions aux chaudes couleurs ocre.

xxx
Gros plan sur le gonpa vu de dessus et le temple très décoré sur le piton.
xxx
Le gonpa vu du bas depuis l'ancienne entrée par un sentier pédestre.
xxx
Ensemble de la forteresee et des bâtiments annexes.


A partir d'ici, pour continuer la route, il faut avoir un permis délivré par de District Commissioner de Kaza.
Le check point se trouve, en 2017, après le croisement de Dankhar, à l'entrée du village de Shichiling.
Pour avoir ce permis, il faut apporter 3 photos d'identité, la photocopie des pages identité + visa du passeport,
ainsi que deux demandes de permis et une "aplication form" renseignées et signées, achetées 20 Rs au kiosque "canteen" dans le parc devant le bâtiment.

* * *
T A B O
Il faut un permis pour se rendre à Tabo (en 2017). Le village est desservi par des bus depuis Kaza en 2h30 pour 73 Rs2017, départ à 7h30. On trouve restaurants, hôtels et guesthouses à Tabo.
Pas de temples perchés sur un paysage grandiose, mais plusieurs temples protégés par une enceinte sacrée, comme à Alchi au Ladakh.
Sur la photo, le grand bâtiment au second plan n'est pas un temple mais une école pour les jeunes moines gelugpa.

xxx
Une partie de la route avant d'arriver à Tabo.
Photo du 05/09/2017.
xxx
Au premier plan, les temples de Tabo dans leur enceinte.
Photo du 23/09/2006.

* * *
G Y U   et   la   M O M I E   du moine Sangha Tenzin
Photos du 05/09/2017

xxx
xxx
xxx
Après Tabo, la route traverse quelques villages puis s'accroche à une longue falaise au-dessus de la Spiti River jusqu'au portique qui signale l'accès au village de Gyu, 8 km plus haut.
Le grand temple neuf au-dessus du village cache le petit temple en béton au toit jaune qui abrite la momie.
Cette momie est celle du moine Gelugpa Sangha Tenzin mort à 45 ans en 1475 (datation au Carbone14). Son corps enfermé dans un petit chorten à Ghuen, à 6 km de Gyu, a été découvert en 1975 à la suite d'un tremblement de terre qui a détruit sa tombe. La police a extrait la momie en 2004, puis l'a installée à Gyu en 2006 dans le petit temple où l'on peut la voir aujourdhui. Sans aucune protection contre le froid, la chaleur ou l'humidité, tout son corps se conserve remarquablement.
Un seul site l'appelle Lama Kanpo avec exactement la même histoire et les mêmes photos.
xxx
xxx
xxx
Dans le nord du Japon, entre le XI° et le XIX° siècle, les moines bouddhistes de Yamagata pratiquaient l'AUTO-MOMIFICATION :
Ils mourraient de faim très lentement afin d'atteindre la plus haute forme d'illumination en mangeant uniquement un régime à base d'arbres, ingérant des racines, des noix et des herbes afin d'épuiser complètement leurs réserves de graisse.
Ce processus pouvait durer de plusieurs mois à dix ans, période au cours de laquelle on pensait que les moines ingéraient des noix vénéneuses de cycadacées et de la sève d'arbre de laque qui facilitaient les vomissements, éliminaient l'humidité du corps et dissuadaient les insectes carnivores, après la mort.

Au moment de la mort du moine, le corps était tellement dépourvu de graisse et les organes tellement rétrécis que le corps desséché ne se décomposait pas, conservant ainsi sa forme physique et commençant le processus déconcertant de la momification naturelle.

Ces momies sont appelées : "Bouddhas vivants".
On pense que Sangha Tenzin a suivi un régime similaire car
il a autour du corps un "gomthag", cordon qui maintient le corps dans la position de méditation.

cliquer ici pour lire l'article complet de la BBC, ou ici pour la traduction en français.
xxx
xxx
xxx

Le même article de la BBC signale deux autres "Bouddhas Vivants" au monastère de Thiktse, ainsi que la momie trouvée récemment en Mongolie. Il existe aussi en Inde un moine momifié mort récemment : Tokden Amtrin. Egalement, la momie du précepteur du Dalaï Lama, mort il y a une vingtaine d'année, est conservée à Mac Leod Ganj, à l'abri des regards.
L'article relatant la découverte de la momie de 200 ans au nord de la Mongolie est toujours en ligne ici, et là. On peut trouver d'autres momies bouddhistes, comme celle-ci en Sibérie, plus récente mais encore plus étrange, car elle ne s'est pas desséchée. (autre site.)