retour page précédente
LES CALENDRIERS : DE LA LUNE AU SOLEIL.

L'an 2000 du calendrier Chrétien, devenu le calendrier du monde occidental, les Musulmans étaient en 1419, les Chrétiens Coptes en 1716, les Tibétains en 2127, les Chinois en 4668, les Hindous en 5102 et les Hébreux en 5760.

Depuis toujours, l'homme a cherché à mesurer l'écoulement du temps. Pour cette mesure, il fallait un mouvement périodique régulier, et naturellement la lune et le soleil se sont imposés. La lune avec ses phases (premier quartier, pleine lune, dernier quartier et "lune noire") était l'outil parfait pour des mesures à court et moyen terme. Le soleil permet de se repérer dans la journée, et aussi de mesurer des périodes plus longues par son cycle annuel.

Quelques chiffres

La lune effectue le tour de la terre en 29,530589 jours (c'est à dire 29 jours 12 heures 44 minutes et 3 secondes) en moyenne, avec des écarts pouvant dépasser 12 heures.
La Terre effectue un tour sur elle même en 23 heures 56 minutes et 4 secondes, et un tour autour du soleil en 365,242190  jours (c'est à dire 365 jours, 5 heures, 48 minutes, 45 secondes et des poussières).

Ces chiffres montrent d'eux même la difficulté de concevoir un moyen simple et précis de mesurer l'écoulement du temps.

Le calendrier lunaire

La Lune a été la base des premiers calendriers. Pour rattraper le décalage de 12 heures, dû au fait que la lune fait le tour de la terre en un temps moyen de 29,53 jours, les calendriers lunaires font alterner les mois de 29 jours et les mois de 30 jours. Ainsi fonctionne encore le calendrier des fêtes musulmanes, et avec une correction périodique les calendriers chinois, tibétains* et tous les calendriers asiatiques.
Les Babyloniens, 2000 ans avant JC, utilisaient ce calendrier ainsi qu'un partage du jour en 12 heures de jour et 12 heures de nuit.
* Lire une étude remarquable sur le calendrier tibétain sur la page  http://www.louisg.net/C_tibetain.htm, ou

Le décompte des heures


Le premier cadran solaire a vu le soleil en 1400 avant JC en Mésopotamie. Pendant la nuit, les heures étaient mesurées avec une sorte de sablier à eau : la clepsydre.

Le calendrier "luni-solaire" de Méton

Le calendrier lunaire avec 6 mois de 29 jours et 6 mois de 30 jours donnait des années de 354 jours. Il  perdait 11 jours par an par rapport au cycle solaire. A cause de cela, il  n'était d'aucune utilité pour les agriculteurs. Les Babyloniens, au 1er millénaire avant JC, imaginèrent des années de 12 mois lunaires auxquelles on ajoutait un 13ème mois tous les trois ans.

Les Grecs et les Babyloniens, avec des calculs plus précis, au Vème siècle avant notre ère, élaborèrent un calendrier luni-solaire basé sur le cycle de Méton, astronome grec.
Ayant calculé que 19 années solaires font 6939,75 jours, et 235 mois lunaires font 6939,68 jours, Méton élabora un calendrier sur un cycle de 19 ans faisant alterner 4 années de longueurs différentes : des années de 12 mois de 354 ou 355 jours, et des années de 13 mois de 383 ou 384 jours.

Le calendrier luni-solaire de Méton est utilisé entre autres, par les juifs, les chinois, les indiens (qui ont une trentaine de calendriers différents), les tibétains.

Le premier calendrier solaire

Au début du IVème millénaire avant JC, les Égyptiens utilisaient un calendrier solaire de 12 mois de 30 jours auxquels ils ajoutaient 5 jours avant le 12ème mois, ce qui donnait une année de 365 jours, divisée en trois saisons de 4 mois.

Les calendriers romains

Les Romains ont commencé par utiliser un calendrier luni-solaire de 10 mois de 30 ou 31 jours, donnant une année de 304 jours. Les quatre premiers mois furent dédiés à 4 divinités : martius (dédié à Mars),  aprilis (de "aperire" : ouvrir, dédié à Vénus, maïus (dédié à Maïa, divinité de la croissance) et junius (dédié à Junon, épouse de Jupiter. Les autres mois furent numérotés : quintilis, sextilis, september, october, november, december.
Ce système était inutilisable, et deux mois furent rajoutés au début de l'année : januarius (dédié à Janus), et februarius (consacré aux purifications, de februare : purifier).
Mais l'année était encore trop courte, et les décalages continuèrent à s'accumuler.

Jules César décida de réformer ce calendrier lunisolaire de 355 jours et fit appel, au Ier siècle avant JC, à un astronome grec, Sosigène d'Alexandrie.

Celui-ci institua un calendrier solaire de 365 jours commençant en Janvier, auquel il rajouta un jour supplémentaire tous les 4 ans. Placé après le 24 février (sixième jour avant les calendes de Mars), ce jour fut nommé : "bis sexto ante calendas martii", d'où son nom de jour bissextile.

L'an 46 avant JC dura 445 jours, pour rattraper le retard accumulé par l'ancien calendrier. Le 1er janvier 47 avant JC marqua le début de la première année du calendrier julien. En 38 avant JC ( 716 de Rome), le mois quintilis fut rebaptisé Julius (Juillet) en hommage à Jules César. En 8 avant JC (746 de Rome), le mois sextilis fut rebaptisé Augustus (Août) en hommage à l'empereur Auguste.

Le calendrier grégorien

Le calendrier julien, avec 365,25 jours, prit au fil des siècles de l'avance sur le cycle solaire de 365,24222 jours. Au XVIème siècle, le pape Grégoire XIII demanda à l'astronome allemand Christopher Clavius de corriger le calendrier julien. Ainsi, au mois d'octobre 1582, au jeudi 4 octobre, succéda le vendredi 15 octobre du nouveau calendrier grégorien. Les années bissextiles furent celles divisibles par 4, et parmi celles terminées par 00 seulement celles divisibles par 400. C'est notre calendrier occidental, en passe de devenir l'unique calendrier mondial.

Le calendrier révolutionnaire

L'an 1 de la république commença le 22 septembre 1792. Dans ce nouveau calendrier, l'année comprenait 10 mois de 30 jours suivis de 5 jours "complémentaires". Tous les 4 ans, on ajoutait le jour de la révolution. Ce calendrier fut abandonné le 1er janvier 1806.

L'an "0"

Après avoir trouvé une méthode efficace pour compter les années qui passaient, il fallait définir le point de départ de ce décompte. Les Romains comptaient à partir de la fondation de Rome (en 753 avant JC). Dans le monde chrétien, l'année de naissance de Jésus Christ s'imposa. Le moine Denys le Petit, mort en 526, calcula que le Christ était né le 25 décembre de l'année romaine 753, et l'Église décida que le 1er janvier suivant serait le début de l'ère chrétienne.
Cette date est aujourd'hui contestée, on pense que le Christ serait né 4 ans plus tôt.