retour sur ladak.free.fr/rupshu/html/rupshu.htm
L'un des deux groupes de nomades proches de la frontière du Tibet prend ses quartiers d'hiver au bord du Tsomoriri et l'autre groupe au bord du Tso Kar et du Tsartsapuk Tso. 
Quelques familles ont bâti une petite pièce carrée qui sert de garde-manger et de dortoir. Mais beaucoup préfèrent la tente. Il paraît que les jeunes gens dorment dehors, serrés les uns contre les autres, même au plus fort de l'hiver.
yak au bord du Tso Moriri
Plus à l'ouest, les nomades du Kharnak et les réfugiés nomades tibétains n'ont pas de lac. Ils réclament le droit à une partie du sel du Tso Kar. Car le sel fait partie des sources de revenus des nomades avec le poil des chèvres pashmina, la laine des moutons et le beurre.
Dès l'âge de 12 ans, les filles gardent par deux les grands troupeaux de chèvres et de moutons de 1000 à 2000 têtes. Sans chien, elles doivent beaucoup courir, siffler et lancer des pierres. Pendant les instants de répit, elles filent la laine dont elles ont bourré les manches de leur robe avant de partir.
tente traditionnelle des nomades
Avant de se marier chaque nomade (homme) doit tisser une nouvelle tente dans laquelle il abritera toute sa famille.
* * *
La scolarité des nomades est un problème difficile à résoudre. L'instituteur n'a pas de tente pouvant accueillir tous les enfants. L'école se fait donc en plein air (quand le temps le permet!) et accueille une majorité de garçons pendant que les filles sont occupées à garder les chèvres.
école en plein air l'école au camp nomade de Korzoz.
suitehaut de page
préparation du thé salé
Sous la tente rectangulaire, l'espace est divisé en deux parties. A droite, se trouve la place des hommes, à gauche celle des femmes. La ligne de partage va de l'entrée au petit autel face à l'entrée avec les icônes et les statues des divinités devant lesquelles sont disposées les coupes d'offrandes. Au centre le foyer de 4 pierres rectangulaires dressées matérialise ce partage.
femme nomade devant la tente
L'emplacement de la tente est entouré d'un muret qui sert d'étagère une fois recouvert par la tente; Le sol est creusé de 50 cm à 1 mètre. On entre dans la tente en descendant 2 ou 3 marches. On peut alors se tenir debout.

Le thé salé (gour-gour-tcha) se prépare comme partout ailleurs au Ladakh, au Tibet et dans tout l'Himalaya, dans une longue baratte cylindrique qui s'appelle un "gourgour" au Ladakh.

grue à cou noir, en voie de disparition
meule à main
Les campements sont situés près de sources ou de petits ruisseaux qui n'ont pas assez d'eau pour faire tourner la meule d'un moulin à farine traditionnel. Aussi chaque tente possède une petite meule manuelle en pierre pour moudre chaque jour l'orge nécessaire à la préparation des chapatis et de la toukpa (soupe).
intérieur d'une tente nomade
retour sur ladak.free.fr/rupshu/html/rupshu.htm
lire aussi l'article de Monisha Ahmed : LA FIN DES NOMADES.