page précédente retour page d'accueil
 Découverte des paysages et des villages

 Le Khardong La (18380 pieds, 5620 m).

 Du sable et des galets.
T
I
T
R
E
S
 Diskit - Hunder - Turtuk.

 Sumur - Panamik - Charasa - Yarma Gonbo.

 
1 - Généralités.
 
La vallée de la Nubra est le point le plus au nord de l'Inde, à 2500 km du cap Comorin, l'extrémité sud de l'Inde. Cette large vallée à fond plat est à 3000m au dessus du niveau de la mer, soit 500 m de moins que la vallée de l'Indus à Leh. Les températures y sont donc plus élevées. Son surnom de " Vallée Interdite" vient du fait que l'armée a interdit tout accès à quiconque jusqu'en 1995 pour deux bonnes raisons :
1 - il a fallu arrêter l'armée chinoise à l'est qui après avoir envahi le Tibet, a aussi envahi les hauts plateaux ladakhis du Chang Tang,
2 - il faut arrêter l'armée pakistanaise à l'ouest qui après avoir envahi le Baltistan, occupe la vallée de la Shyok et le glacier du Siachen dans la haute vallée de la Nubra.
 
enfants faisant la lessive jeunes filles à Sumur
carte d'ensemble de la vallée et de ses voisins . . . . . . . . . . :
 
2 - La plus haute route du monde.

Au départ de Leh, à 3515 m, la route s'élève dans le paysage désertique propre à tout le Ladakh. Elle va monter jusqu'au Khardong La ("La" = col) qui culmine à 5359 m. Le panorama est grandiose, la démesure des chaînes montagneuses himalayennes laisse le voyageur pantois et béat.
 

Au col. une courte pause permet de prendre une photo et de boire un thé chaud. Mais, à cette altitude, certains préfèrent revenir s'asseoir dans le bus en espérant qu'il reparte le plus tôt possible. Car le mal des montagnes, ou mal de l'altitude, provoque des maux de tête qui heureusement disparaissent dès que l'on perd de l'altitude.

C'est ensuite la longue descente vers la Nubra. Malgré son altitude, ce col reste praticable toute l'année, car les chutes de neige sont ici très faibles à cause de l'extrême sécheresse de l'air. Il ne reste jamais fermé plus de deux ou trois jours.

3 - Déserts et chameaux.

Après 8 heures de route (pause repas, pause tchaï, arrêt check post compris), le bus roule enfin à plat au fond de la vallée au milieu d'un surprenant désert de galets ronds.
Quel plaisir de faire quelques centaines de mètres à plat et sans secousses !
Cet endroit est le confluent de deux rivières : la Siachen river et la Shyok river, toutes deux issues des glaciers du K2 (le 2ème sommet du monde à 8611 m.).
mini désert de sable près de Diskit
La chaîne du Karakoram sépare la Nubra des grands déserts d'Asie centrale : Taklamakan et Gobi. Mais déjà on peut traverser de petits déserts de pierres ou de sable. Le col du Karakoram (5600 m) sépare la piste principale de la route de la soie du Cachemire. En effet, il suffit de suivre la Nubra puis la Shyok pour arriver à l'Indus sans franchir d'autre col.
'frontières fermées' = chômage forcé, au soleil, dans le sable

Quand la Chine a envahi le Tibet en 1950, elle a aussi envahi la région désertique du Sinkiang au nord du Karakoram. Toutes ces frontières se sont brusquement fermées, et les caravanes qui étaient en route sont restées bloquées au retour au pied du Karakoram. Les magnifiques chameaux de Bactriane n'ont jamais pu rejoindre le désert de Gobi, et coulent des jours tranquilles sur le sable de la Nubra.


voir d'autres chameaux et d'autres paysages de la vallée :
4 - Diskit et Hunder.
rue de Diskit Ce doit être '1' mile nautique ! le monastère (gonpa) perché de Diskit
Ces deux villages sont situés à l'endroit le plus large de la vallée de la Shyok, au pied de la montagne à l'écart de la rivière. Diskit, ville principale de la vallée, est protégée par un très beau monastère (de l'ordre gelukpa) perché, dont l'accès est jalonné par une kyrielle de 108 chortens.
Les maisons sont très dispersées et les rues sont en fait des chemins bordés de buissons épineux larges et serrés. POURQUOI ? parce que chameaux, chevaux, yaks, ânes, chèvres et moutons vivent en totale liberté, et ces haies d'épines protègent les jardins et les champs de céréales de tous ces voraces brouteurs.
le gonpa de Diskit et les chörtens qui bordent le chemin d'accès
rue de Hunder chemin dans la banlieue de Diskit la vallée de la Shyok vue du gonpa
5 - Vallée de la Siachen River (Nubra).

d'abord Sumur

Tout peut servir à faire un moulin à prières !
On remonte la rive gauche de la vallée de la Nubra.
Beaucoup de maisons dispersées au milieu de champs d'orge et de blé. Sumur est le premier village important de la vallée. Un vieux gonpa désaffecté est devenu un endroit propice à la fabrication du Tchang, cette bière d'orge qu'on boit dans tout le Ladakh.
ces femmes ramènent dans des tonneaux de bois l"orge qui a fermenté dans le vieux gompa !
façade de l'ancien monastère de Sumur
Sumur possède un grand monastère dont la situation est moins spectaculaire que celui de Diskit, mais il mérite d'être visité. Il sert de séminaire pour les futurs moines de la vallée, et héberge 60 jeunes moinillons.
surprenante et belle danse macabre
mur du dukang couvert de deux rangées de Bouddhas au centre : le bouddha bleu, appelé "Bouddha de la médecine"
Le dukang et le gonkang sont décorés de magnifiques statues et de fresques remarquables, où le bouddha bleu, le bouddha de la médecine, tient une grande place.

divers : Très haut au dessus du gonpa se trouve une grande forteresse entourée d'une double rangée de ramparts et protégée par des tours rondes. Plus aucun chemin ne permet d'y accéder.
 
ensuite, Panamik, dernier village autorisé jusqu'en 2006.

une maison de Panamik
Panamik est connu pour ses sources chaudes.
Mais il est inutile d'y aller pour cette raison. Les sources ont été phagocytées par les militaires du camp voisin, qui en ont fait leur laverie à linge, et leurs bains-douches privés.
En 2006, les militaires sont partis et un projet de réhabilitation a été lancé.
champ d"orge coupée, au bord de la rivière Nubra
séchage de "goncha" (robes) de femmes. Celles des hommes n"ont pas de bordure de couleur
La vie suit son cours à son rythme, même dans les endroits les plus reculés de la planète.
Ces enfants de l'école primaire doivent se demander à quoi leur servira l'anglais, l'urdu (en alphabet arabe), le tibétain et le hindi qu'ils ont au programme dès leur première année d'école primaire.
de Mai à Octobre, la classe se fait dehors
"FOREIGNERS ARE NOT ALLOWED
BEYOND THIS POINT"
POLICE
CHECK POST
C"est ici qu"il faut faire demi-tour.
Cet écriteau anodin et peu visible doit être respecté. Ma tentative de passer tout aussi "anodinement", en ayant l'air de me promener, a provoqué une série d'interjections de la part d'un guetteur invisible caché dans les buissons.
Ceci n'est plus vrai depuis 2006, la limite est à Hargam, 5 km plus loin.
Fin 2016, tous les villages du fond de la vallée ont été ouverts au tourisme.
En 2006, la limite a été repoussée de 5 km, jusqu'à Hargam. C'est de là que part la route qui emprunte un pont tout neuf sur la Siachen river et permet d'aller au monastère d'Ensa (5 moines en 2006), puis à Murgi, Kuri, Charasa (1 guesthouse) et Burma. Un minibus fait le trajet Diskit-Charasa tous les après-midis sauf dimanche.
Charasa mérite une visite, c'est le plus bel endroit de cette vallée.
Le monastère perché de Ensa.

C'est de ce monastère que le Lama Dachompa, qui avait le pouvoir de voler à l'aide de ses vêtemnts de moine, s'est envolé vers Lhasa. Il a laissé une empreinte de ses pieds à Ensa, à Murgi, à Charasa, à Tirisha et à Tsati.
Ensa et Diskit sont les deux plus vieux monastères de la Nubra.
 
vue de Ensa gonpa et Nubra Valley
Le gonpa de Ensa se devine depuis Panamik grâce à la tache verte de la végétation autour de sa source.
 
Du monastère, on a une vue panoramique sur l'ensemble de la vallée.
 
Au pied du grand tarxhen dans la cour du gonpa, on voit la pierre qui conserve les empreintes des pieds du lama. (à droite)
footprint de Lama Dachompa
Charasa, ses deux monastères et son palais.

Sur l'éperon rocheux qui s'avance dans la Siachen River, on voit de gauche à droite : un fortin à l'extrémité des remparts, Serdun gonpa le gonpa gelugpa rattaché à Diskit, Singkhar gonpa le nouveau gonpa drukpa rattaché à Hemis, et au dessus les restes importants du palais royal.
 
...

L'intérieur de Singkhar gonpa, lié à Hemis, abrite de belles statues récentes et de très anciennes qui proviennent de l'ancien gonpa.
 
...
Serdun gonpa
Le temple principal de Serdun gonpa est consacré à Panchen Lhachun, un moine de la Nubra du XV°s.
Après de brillantes études à Lhasa, il revint chez lui et entra en concurrence avec le dignitaire musulman. D'un coup d'épée, ce dernier coupa le corps du moine en deux morceaux qu'il jeta dans la rivière. Le haut du corps s'échoua à Charasa où il fut déposé dans un chorten.
Le temps abîma ce chorten et il fut décidé de mettre les reliques dans un nouveau chorten à l'intérieur du gonpa. A la surprise de tous, cette moitié du corps était en parfait état de conservation et une photo fut prise. Elle est dans la gonpa, avec le chorten et une statue du moine.
6 - Renseignements pratiques.

(change en 2002 : 7 Rs pour 1 FRF. En 2004, on a 56,5 Rs pour 1 €, 83 Rs en 2014, 73 Rs en 2016)

le permis.
Comme pour Dah-Hanu et le lac de Pongong, il s'agit d'un permis collectif pour 2 personnes minimum, délivré par une agence de voyage de Leh moyennant 200 roupies par personne. Il est valable sept jours. Il faut fournir une photocopie des 4 premières pages du passeport, celles qui portent le nom et le visa.

l'hébergement.
On trouve plusieurs guesthouses à Hunder, Diskit, Sumur et Panamik, et une à Charasa.

intérieur d"une chambre
La "Sunrise Guest House" à Diskit offre un excellent hébergement autant pour le confort que pour la qualité de la nourriture. Le tout à des prix très intéressants.
le coin repas dans le jardin, sous la toile de parachute

7 - divers.
L'association française "Juley, enfants du Ladakh" s'est fortement impliqué dans le développement des écoles de Diskit et de Sumur. Son action s'est développée à plusieurs niveaux : l'amélioration et la construction de locaux, une large campagne de parrainage pour aider les familles les plus pauvres à envoyer leurs enfants à l'école, l'achat d'un bus de ramassage scolaire qui permet aux enfants éloignés de venir à l'école quel que soit le temps.